La librairie X


 

La librairie coquine c’est les BD érotique, les romans porno, les classiques du X,           les beaux livres, les guides sexy, la sexologie.

Dans la rubrique Bien-être& Fun, Livres, Guides érotiques et Jeux sexy notre partenaire vous offre de belles promos!


Les histoires coquines racontées par leur auteur ou participant. Vous pouvez aussi retrouver plein d’histoires gratuites sur notre rubrique histoires coquines.


Widgets Amazon.fr

Widgets Amazon.fr


Sexy ! Ou comment avoir et donner plus de plaisir et rendre votre partenaire accro ! (L’Art de l’Amour t. 1

Les clés pour cultiver une vie sexuelle fabuleuse et un couple en bêton… sans date de péremption !
« Il était une fois un couple très heureux depuis des années, qui faisait souvent l’amour, exprimait librement ses désirs et ses fantasmes, et partageait un monde fantastique de plaisir et de complicité… »
Vous croyez que c’est impossible ? Je le croyais aussi. FAUX !
En 18 chapitres, SEXY ! aborde avec humour et pragmatisme les mécanismes de l’érotisme et de la sexualité en couple, avec de nombreuses suggestions et conseils, ainsi que des exemples simples, concrets et – surtout – testés et approuvés !
Dans ce livre, je partage avec vous tous les secrets que je connais pour cultiver une vie intime fantastique, sans tabous, et toujours renouvelé – et tout ça en couple ! 
Vous y trouverez aussi des axes de réflexion sur le couple en général, qui vous aideront, je l’espère, à avancer et à éviter de tomber dans les pièges « habituels ».
Et puisqu’en matière de sexe et d’érotisme il serait dommage de tourner autour du pot, SEXY ! contient aussi des scénarios, du langage et des descriptifs graphiques. Il est donc strictement réservé à un public adulte et averti !

41GNPI+I9RL


Cette histoire raconté par son auteur est complète 15 pages elle vous ai offerte par l’auteur.

les circonstances de la vie font.jpg

Les circonstances de la vie font que parfois.

Je m’appelle Jérôme j’ai 32 ans, 1,70m 75 kilos sportif, j’habite le sud est de Lyon dans un village de campagne de 3000 habitants, je suis divorcé depuis 3 ans et je suis en fin de galère quand cette histoire se passe. Trois ans auparavant je perds mon travail de cadre dans une entreprise qui fait faillite, certainement parce que je n’ai pas bien réagit à cette situation de crise, je me suis retrouvé avec un huissier aux fesses, des problèmes bancaires et ma femme est partie.
Dans un état de dépression totale j’ai survécu pendant 2 ans dans les pires conditions, obligé de quitter ma maison, j’ai trouvé une petite maison que je loue à quelques kilomètres du village, avant de rebondir dans l’informatique en travaillant chez moi à mon propre compte, je suis bien organisé je commence mon travail à sept heures du matin jusqu’à midi, je mange ensuite je vais faire une balade à pieds de neuf kilomètres tous les jours ou il ne pleut pas, je fais toujours le même circuit, je prends une petite route goudronné qui serpente au milieux des prairies et des petits bois, je traverse deux petits hameaux de quelques maisons, passe dans un sous bois sur un chemin en terre, je profite de la nature , la plupart du temps je ne rencontre pas un chat. La balade me prends environ deux heures et je retourne travailler jusqu’à sept heures. 
Je refais surface petit à petit, avec mes revenus j’ai pu me racheter une voiture et peux enfin reprendre confiance en moi et à la vie, sauf côté femme ou je suis encore vraiment sous le choc de la mienne qui à préférer demander le divorce plutôt que d’affronter l’épreuve qui nous ai tombé dessus, il faut savoir qu’elle ne travaillait pas, que nous avions une belle maison à crédit et que les mois étaient devenus compliqués. On est au mois de juillet il fait chaud, je marche tranquillement dans la traversée d’un groupe de maisons dans la campagne, à 10 mètres devant moi, sort une femme moi << bonjour madame>> elle << bonjour monsieur puis elle se ravise mais c’est toi Jérôme? >> je la dévisage et la reconnaît Denise c’est la mère de deux de mes amis un peu plus jeune que moi, que je n’ai pas vus depuis longtemps. Elle habitait à côté de chez moi quand j’étais au village. On se fait la bise,  elle << je suis bien contente de te voir, comment va tu? >> Moi << bien et vous, mais que faites vous ici ? Vous n’êtes plus au village?>> As tu n’ai pas au courant? Veux tu entrer cinq minutes? J’accepte. Nous nous asseyons au salon et elle me raconte que lors du décès de son mari il y à deux ans maintenant, sa fille à demandé la part de l’héritage de son père, son fils n’était pas d’accord, mais voilà avec la justice elle à du vendre la maison pour payer la part de la fille, ce fut une déchirure dans la famille la guerre entre le fils et la fille, et elle à été obligé de trouver une location car elle n’a pas voulu partir chez son fils qui vit dans le sud. Elle m’offre un verre et après lui avoir raconté mes problèmes. Je m’en vais en lui promettant de m’arrêter une autre fois. Sur le chemin du retour car il me reste environ trois kilomètres à faire, je penses à ce qu’elle m’a raconté et cela me remonte le moral car je ma dis que je ne suis pas le seul à qui la vie en fait voir. Deux jours plus tard je passe devant chez elle, elle est assise à l’ombre et me dit << je t’attendais, accepterais tu que je marche un peu avec toi ? Je ne sors pas beaucoup à part faire mes courses, cela me fera du bien>> Moi << bien sur Denise pas de problème >> et nous voilà partit, nous causons de choses et d’autres, nous arrivons à l’endroit le plus mauvais du chemin car je dois tourner à droite pour rejoindre un autre chemin à cinq cent mètres de là. A cet endroit nous sommes dans un sous bois sur un chemin en pierre dévasté par les pluies et la déclivité, les premiers pas se passent bien quand soudain elle perd l’équilibre, je n’ai que le temps de tendre les bras pour la récupérer, elle se cramponne à moi et je sens sa poitrine contre moi, elle reste quelques secondes le temps de se reprendre, elle << j’ai glissé sur une pierre, heureusement tu m’a rattrapé >> je sens cette poitrine assez dure et volumineuse, je suis en émoi, c’est vrai qu’il y à longtemps que je n’ai pas eu de femmes, mais bon elle pourrait être ma mère. Nous repartons en échangeant sur plein de choses, j’apprends qu’elle à cinquante six ans, qu’elle s’ennuie car dans son quartier les maisons sont occupés que le week-end et qu’elle aimerait bien sortir un peu, allé au restaurant par exemple, elle me propose même d’aller manger chez elle si cela me dit. Au bout de deux kilomètres elle fait demi tour, en me disant << je suis bien contente de t’avoir rencontré j’espère que c’est réciproque? >> tout ça avec un beau sourire, elle me fait la bise et là re-contact poitrine, je la serre un peu plus, sans qu’elle cherche à échapper à cette pression, je lui rends le sourire et nous nous quittons. Je rentre chez moi en pensant à ce que j’ai ressentis en la tenant dans mes bras, et je me sors tout de suite l’idée de la tête, non je rêve c’est une idée. Le lendemain samedi, je ne vais pas me balader, dimanche non plus d’autres choses à faire et surtout chasser cette idée qui me travaille. Le lundi matin il pleut, je suis coincé entre l’idée de ne pas pouvoir y aller, pourtant j’ai très envie de la voir. Heureusement vers onze heures le temps se dégage et à treize heures trente je pars, je suis heureux de penser à quelque chose de positif enfin, je la trouve dans la cour s’occupant de ses fleurs, elle est habillé d’une robe d’été fleurie qui lui couvre le genoux, je vois par transparence un soutien gorge foncé, elle est bien coiffé légèrement maquillé, je suis sur le cul, je n’avais jamais prêté attention à son corps elle doit faire 1 m 65 pulpeuse, quelques kilos en trop, cheveux châtains, de très belles formes qu’elle sait mettre en valeur, elle est sexy et quand je m’approche pour lui faire la bise, je me promet de ne rien accélérer, elle me fait le bise , je sent ses seins contre mon torse. J’ai un début d’érection, heureusement l’étreinte ne dure pas, elle sourit<< tu n’es pas passé ces jours ? >> moi  << le samedi et le dimanche c’est rare que je marche, j’ai d’autres choses à faire >> elle << Tu veux rentrer boire quelque chose ? >> je ne voulais pas mais je réponds oui. Dans le salon elle essaie de me faire dire pourquoi je ne marche le week-end ? Elle << Tu dois avoir une copine beau gosse comme tu es ? >> et moi << même pas depuis mon divorce je suis comme les moines>> Elle << c’est pas une bonne référence car les moines ne se privent pas>> et elle rit je lui sourit, elle est assise en face de moi, je la regarde et la trouve très désirable, je lance << ça vous dit de sortir ce soir? >> elle << Ah j’aimerais bien!!! >> Moi << comme je vous voit sur votre 31 >> Elle << si cela te dit de sortir une vieille je t’invite au restaurant? >>Moi << d’abord vous n’êtes pas vieille et en plus vous êtes encore très belle>> Elle << là tu exagère un peu, j’ai 56 ans, mais bon j’accepte d’être belle pour toi>> A ce moment là je pense, me fait elle du rentre dedans ou je fantasme,  et je rétorque je serais enchanté de sortir avec vous ce soir, je connais un resto sympa pas très loin, à une quinzaine de kilomètres un cadre cow-boy années 60. Elle se lève, je fais de même, je ne suis plus maître de rien, elle m’embrasse sur les joues en se collant contre moi et me dit << merci dans l’oreille il y à tellement longtemps que je ne suis pas sorti c’est moi qui t’invite et elle ajoute tu es un petit coquin>> mon érection enfle doucement, c’est elle aperçu de quelque chose? Elle << a quelle heure veux tu que l’on parte? >> Moi << je passe vers sept heures >> Je ne me suis pas rendu compte que je lui tient la main, et cela ne semble pas la gêner, elle me regarde me sourit. N’en pouvant plus, je dis à tout à l’heure. Je reprends ma marche tout guilleret de ce moment passé avec Denise, pourquoi je me sent bien avec elle?  A 19 heures je suis devant chez elle, elle est prête, elle ferme sa porte et monte en voiture, ce qui me permet de voir un peu ses cuisses quand elle remonte sa robe pour s’asseoir, elle à du se rendre compte que je zieutais parce qu’elle lance en souriant << alors c’est vrai tu me trouve belle?>> Moi << oui même très sexy >>  Elle << avant de partir j’espère que tu ne va pas en profiter pour abuser de moi >> elle rit comme une collégienne et je fais de même. Nous arrivons au resto , elle est sous le charme, c’est très bien ici le cadre est magnifique cette ambiance cow-boys me plaît beaucoup. Pendant tout le repas nos échangeons et riions comme des gosses à plusieurs reprises nos mains se frôlent, touchent, nos yeux en disent long. Nous ne voyons pas le temps passé car la salle se vide et il y à longtemps que nous avons terminés, je réclame la note, paie malgré son mécontentement. Une fois installés dans la voiture, elle me prend la main, me regarde en souriant , s’approche me pose un baiser sur le coin des lèvres et me dit << merci j’ai passé une soirée extraordinaire et toi >> Moi << moi aussi bien sur il y à au moins 5 ans que cela ne m’est pas arrivé>> Elle << j’espère que l’on reviendra j’adore cet endroit >> La route se passe sans problème en plaisantant. Devant la maison elle me dit << Tu n’es pas pressé de rentrer? J’ai une bouteille de champagne au frais>> elle me prend la main.  Nous rentrons, elle referme la porte, installe toi me dit elle, elle disparaît et revient avec une bouteille et deux flûtes sur un plateau. Je me pose dans le canapé, elle pose le plateau sur la table basse et s’assoit à côté de moi en se collant, elle se retourne  vers moi, pose sa tête contre mon épaule et dit << j’ai envie de caresses j’ai envie que tu me prenne dans tes bras, j’ai envie de câlins plein de câlins>> je l’embrasse tendrement, mais sa langue cherche la mienne et elles battent la chamade ensembles je bande, je sents ses seins contre moi, sa main sur ma cuisse qui cherche doucement l’objet de son désir, nous sommes enlacés, ma main glisse sous sa robe et remonte entre ses cuisses qu’elles écartent, sa main masse ma queue sur mon jeans, je n’en peux plus, elle le sent et réagit, elle se lève enlève sa robe, elle m’aide à quitter ma chemisette, j’enlève mon jeans et mes chaussures, je suis en caleçon, elle rit et dit << je ne pensais plus jamais faire de l’effet à un homme >> baisse mon caleçon me caresse, se mets à genoux et me suce à pleine bouche pendant que je lui enlève son soutien gorge, ses seins son beaux assez gros et tiennent bien, je me laisse faire pendant que ma main cherche à glisser sous l’élastique de sa culotte, la paume de ma main à plat sur son mont de vénus la fait frissonner mes doigts glissent sur la fente déjà bien humide, là je n’en peux plus ses aspirations et ses massages vont me faire partir, elle le sent et accélère ses sucions qui emmènent au paradis, je lui guide la tête, elle attrape mes tétons et les tourne sous ses doigts, je pousse un cri, me raidit et jouis en saccades dans sa bouche, elle avale tout comme aucune autre femme ne l’avait jamais fait, je reprends mes esprits doucement, elle se relève baisse sa culotte, s’assoit sur le canapé cuisses écartées, me sourit et me montre qu’ elle n’en peut plus, je me mets à genoux à sa place et commence à les lécher les cuisses, la fente, le bouton qui est déjà sorti de son capuchon et déjà bien dur, elle sursaute dès que le touche, elle feule et couine doucement sous mes coups de langues, je malaxe ses seins en même temps, elle souffle de plus en plus vite et son bassin ondule contre moi au rythme de ma langue, quand j’aspire son clitoris et le mordille doucement pendant que mes doigts pénètrent sa chatte elle explose un cri rauque sort de sa gorge, elle se cambre contre ma bouche en faisant jaillir un flot de cyprine que je bois et lèche goulûment, elle me cramponne la tête et pousse des Oh Oui Oui Oui qui n’en finissent plus, quand je retire ma bouche de sa chatte elle est anéantie, elle balbutie,<< chéri c’était bon tu m’a eu j’ai jouis comme une folle>> elle me prend dans ses bras, m’embrasse à pleine bouche et comme elle voit avec sa main que je suis en pleine forme, elle se renverse écarte les cuisses et m’attire vers sa chatte, j’y entre jusqu’au fond et m’active d’abord doucement, elle gémit soulève ses cuisses contre mes épaules << vas y bourre moi bien chéri fais moi jouir encore remplit moi je suis en feu>>j’accélère le rythme, mes coups de boutoirs sont secs et puissants, elle aime elle crie encore encore, je lui mordille un téton, elle se raidit se colle à moi et m’agrippe par le cou en hurlant des OUI OUI oui oui pendant que je crache mon jus dans sa chatte en feu, elle reste collé contre moi pour ne rien laisser sortir de son intimité, nous profitons à fond de ce moment de plaisir intense. Elle décide de bouger, se met sur le dos, elle << je suis cassé, tu m’ a donné tout ce que souhaite une femme de mon âge, jouir et se sentir aimé >>J’ouvre la bouteille et nous buvons à notre rencontre bizarre et merveilleuse, comme quoi quand c’est le moment la vie peut faire des choses extraordinaires, elle à réunit deux personnes d’âges différents, tous les deux un peu paumé par leurs déboires respectifs. Nous rigolons et nous câlinons en buvant tranquillement, ensuite elle m’entraîne dans la salle de bain ou nous prenons une douche ensembles en nous bécotant. Nous finissons la bouteille, je commence à me rhabiller, elle << tu me laisse dormir seule? J’ai encore envie de câlins moi >>Moi << il est déjà tard presque deux heures, je travaille demain matin, je suis comme toi j’ai envie de rester avec toi, mais je peux pas, et puis pour toi il vaut peut être mieux que personne ne sache que je passe la nuit chez toi? Si tu veux on va faire comme ça le soir tu viens me chercher chez moi, je viens avec ta voiture et tu ramène le matin, comme ça ni vu ni connu. Je lui donne mon tel.>> Nous nous embrassons à pleine bouche, elle me caresse le sexe, en me disant tu vois petit coquin tu as encore envie, aller vient jouir encore avec moi, nous allons dans la chambre,, je quitte ma chemisette, elle est déjà à genoux sur le lit elle me montre sa croupe, je me positionne derrière elle et lui glisse mon gland dans la fente humide et chaude, je la prends par les épaules et la relève contre moi pendant que je la pistonne hardiment, elle secoue sa croupe elle couine et gémit, je la prends par les seins que je malaxent et pressent fortement, je l’embrasse dans le cou et sur la nuque je vais de plus en plus vite et fort, elle se redresse contre moi en jouissant, je pousse un cri de bête fauve quand je sent mes dernières gouttes gicler dans son ventre, ma bite est trempé du mélange de nos jouissances, elle m’entoure la tête avec ses bras et soupire je t’aime je t’aime chéri, tu m’ a rajeuni de vingt ans. Je me retire et m’allonge sur le dos, elle vient me prends en bouche et me lèche en faisant des ou ou c’est bon. Ensuite je m’habille l’embrasse et rentre chez moi. Quelle journée !!!!!!!!!! Le lendemain vers 10 heures mon portable sonne,  moi <> Elle << j’ai dormi comme un bébé il y à longtemps que je n’est pas si bien dormi, je viens te faire un petit coucou, tu travaille?>> Moi << oui il faut bien gagner sa vie >> Elle << Tu viens manger avec moi ce soir? Si tu viens je fais des courses >>Moi << bien sur que je viens j’ai envie de toi, tu passe me prendre>> Elle << OK je t’appelle bises >> rien que d’entendre sa voix je bande, elle m’a tourné la tête cette femme, mais je suis tellement bien avec elle, je sais qu’elle à 23 ans de plus que moi, je ne suis pas bien sur que ma mère l’accepte facilement, mais bon pour l’instant nous n’en sommes pas là, nous sommes bien ensemble, et nous avons envie d’être ensemble, alors on va le faire discrètement et on verra bien. Je passe la journée sur un petit nuage, je penses à la soirée qui m’attend avec Denise. Vers 19 heures je viens de sortir de la douche quand on m’appelle , c’est elle? Non c’est ma mère qui vient prendre de mes nouvelles comme tous les deux ou trois jours, au bout de quelques instants elle me dit,<< tu as l’air en pleine forme toi, qu’est ce qui se passe Jérôme? >> Moi << rien le travail marche bien, alors je vais bien rien de plus, aller bisous à bientôt >> Re téléphone << oui >> ah c’est toi je viens>> Je finis de me préparer et je sors pour l’attendre, moins d’une minute et je suis dans la voiture derrière sur la banquette pour que personne ne me voit chez elle, une fois la voiture au garage la porte fermé je peux sortir. Nous nous embrassons comme deux jeunes amoureux, Je la caresse, la serre dans mes bras  elle << j’ai douté jusqu’à maintenant que tu ne vienne pas, que tu es changé d’avis sur moi et notre relation>> Moi << non ma chérie, j’ai envie de toi de tout corps>> Une fois au salon, elle nous sert l’apéritif et dit  << j’espère que tu aime la banquette de veau? Si tu me dit qu’elle est très bonne je te donnerais mon petit bouton à sucer après, il est déjà tout humide petit coquin, tu vois dans quel état tu mets une pauvre vieille sans défense, moi aussi j’ai envie que tu me prenne et me fasse encore jouir comme une folle >> Je l’embrasse, nous buvons l’apéritif en parlant elle m’explique qu’elle à eu deux hommes dans sa vie, son mari avec qui elle a eu deux enfants sans jamais s’entendre sexuellement, ils faisaient l’amour mais elle ne ressentais rien ou presque jamais rien, quand il est tombé malade dix ans avant son décès, il n’a plu voulut la toucher, un jour l’occasion c’est présenté avec un agent d’assurance, qui lui à dévoilé les choses du sexe, leur aventure à duré quelques mois pendant lesquelles elle s’est éclaté.  Depuis ce temps environ dix ans se sont écoulés sans le moindre contact avec le sexe, à part en solitaire quand cela devient nécessaire, elle regarde des revues pornos et des films à la télé car elle est demandeuse et elle aime ça, elle me pose plein de questions là dessus, elle m’a même demandé si j’ai déjà pratiqué le libertinage avec ma femme, car elle a entendu que c’est bien à la mode.  Bien sur je lui réponds que non, ma femme était quelqu’ un plutôt coincé de ce côté, je lui dit qu’ elle ne voulait pas que je jouisse dans sa bouche, et qu’elle n’a jamais voulu faire en levrette. Elle éclate de rire et me dit << C’est le monde à l’envers moi une vieille je le fait volontiers et j’aime ça, c’est bon le sexe>>. L’entrée, la blanquette et la glace avalé, elle m’entraîne dans sa chambre, me déshabille complètement, se met à genoux et m’avale la queue d’un coup entière, sa langue tourne sur mon gland, ses lèvres le serrent, je lui retire sa robe elle est nue dessous, mes doigts glisse et cherche sa fente, elle est trempé, ses va et vient sont rapides et puissants et j’ai du mal à me maîtriser, j’essaie de lui faire comprendre mais elle n’écoute rien elle veut me faire jouir, je lui prend la tête et j’explose dans sa gorge par jets puissants et longs en poussant un OUI OUI OUI de contentement absolu, elle me serre et avale et nettoie tout, elle se relève me sourit et balbutie << je t’aime voyou, viens suce moi la minette, je vais jouir dans ta bouche>> elle se bascule sur le lit cuisses écartées, genoux relevés, elle se masse la poitrine à pleine main en feulant et gémissant doucement, ma langue lèche ses grandes lèvres, cherche le bouton qui au dessus de la grotte garde la clé du plaisir, je le roule sous ma langue, l’aspire le mordille doucement pendant que deux doigts entre et fouille la grotte déjà bien en chaleur, elle se dandine souffle pousse de petits cris, quand ma langue entre en elle et virevolte à l’intérieur elle monte d’un cran dans le plaisir, ma main libre lui titille le téton en le roulant elle crie et par dans un spasme, elle se raidit, se cabre crie s’ accroche aux draps en libérant sa jouissance que j’avale et  boit du mieux que je peux, c’est abondant un peu fort mais très agréable, quand elle retombe je passe ma langue sur son clitoris le suce et l’aspire plusieurs fois de suite, elle repart aussitôt dans une autre orgasme encore plus fort, elle me tire la tête les cheveux pour que je la lâche, quand je sens qu’elle est au plus haut je me glisse  entre ses cuisses et la plante jusqu’à la garde je la besogne, elle crie et hurle ses jambes tapent mon dos elle pointe son ventre contre mon sexe à chaque coup jusqu’à la délivrance, je pousse un cri rauque je me raidit contre elle en déchargeant ma semence dans sa chatte, nous retombons tous les deux pantelants et meurtris par cette chevauchée d’amour. Elle me serre dans ses bras m’embrasse goulûment puis allongés côte à côte nous nous endormons. Un moment plus tard elle me réveille en me léchant le sexe et me caressant le corps partout, elle << eh ben qu’est ce que tu m’a mis, j’ai eu mon compte, j’ai cru mourir de bonheur elle est bonne ta queue chérie>> Moi << qu’est ce que tu crois que tu es la seule a avoir prit ton pied? Moi aussi>> je lui suce le bout des tétons, elle dit <<arrête j’en peux plus, laisse moi souffler un peu s’il te plaît chéri >> elle me masturbe doucement en me léchant les bourses, je reprend de la vigueur et ça la fait sourire, elle << prend moi en levrette >> elle s’active pour que je soit comme elle souhaite et se place à genoux, de voir cette petite toison brune toute luisante me donne l’idée de la sucer , je glisse ma langue entre ses cuisses et lèche cette fente gluante et poisseuse de nos jouissances elle sursaute et dit << Oh c’est bon chéri>> je retire ma langue et la fait glisser doucement vers le haut sur la rosette bridé dès le contact de ma langue elle serre les fesses et pousse un Non Non Non, comme le bout de ma langue insiste et pénètre un peu elle lâche un Putain c’est bon Oh oui chéri, je guide alors ma bite dans sa fente et entre et sort doucement pendant que mon doigt mouillé glisse sur sa porte secrète elle oh oh salaud oh oui mon chéri va y doucement, mon doigt entre de quelques centimètres et fait un va et vient lent et régulier pendant que ma bitte lui pistonne la chatte, elle repart dans un orgasme elle pousse souffle, elle est prête je sors ma queue de son antre pour la glisser dans son petit trou, je pousse doucement elle se contracte, se relâche pousse un cri et je suis dedans je lui lime le fourreau doucement sous ses cris de plaisir, l’orgasme s’abat et la transperce de part en part elle jouit en faisant c’est bon c’est bon c’est bon crache moi dans le ……… AH ah ah et je gicle mes dernières gouttes dans ses entrailles, elle retombe à plat ventre anéantie par le tsunami qui la prise de plein fouet. Je l’embrasse sur la nuque et dans le dos, sur les cuisses, elle ne répond plus, je me lève et vais prendre une douche. Quand je reviens un bon moment plus tard, elle me regarde sourit et me lance << tu es vraiment un petit salaud, te rend tu compte de ce que tu m’a fait moi une pauvre vieille sans défense, tu m’a dépucelé le cul et en plus j’ai aimé je deviens folle !!! de toi, je n’ai jamais rien ressenti de pareil pour un homme, je crois que je suis amoureuse? Ça te gêne pas au moins? >> elle me tend les bras je me love contre elle et on s’embrasse amoureusement. Ensuite elle est allé se laver et m’a rejoint , nous avons passés notre première nuit ensemble dans les bras l’un de l’autre et j’ai pris l’habitude de dormir souvent chez elle ou elle chez moi. Malgré que nous voulions garder secrète notre relation vis à vis des voisins. Nous avons une vie sexuelle très chargé, et comme elle est à la découverte de tout ce qui sexe je lui ai acheté un cadeau pour notre premier mois ensemble. Le soir en arrivant chez elle dans le salon je lui tend le paquet, elle me regarde surprise et étonné. Moi ça fait un mois que je t’ai rencontré Elle<< Il ne fallait pas chéri >> Moi << Ce n’est rien >> Elle<< Je n’ai rien pour toi >> Moi << Ta présence est le plus beau des cadeaux >> Elle a ouvre le cadeau et en sort un string, un soutien gorge, un porte jarretelle et une paire de bas noir. Elle << Il ne fallait pas, tu es fou, >>elle à la larme à œil. Moi << Qu’est ce qu’il y a >> Elle<< excuse moi mais c’est la première fois qu’ on me fait un cadeau pareil. C’est tellement beau chéri, il a fallu que j’arrive à 56 ans pour découvrir ça>> Moi: Vaut mieux tard que jamais Elle << Viens que je te remercie, petit cochon >> elle m’embrasse goulûment en se blottissant contre moi, je sens son ventre sur mon sexe, je bande. Elle s’écarte et se déshabille au milieu du salon toute heureuse de pouvoir mettre sa nouvelle tenue, elle se regarde, se pâme, se tortille et tourne sur elle même, sourit elle est heureuse. Elle << je te fait de l’effet comme ça?>> moi << vient et touche >> elle m’ouvre la braguette me sort le sexe et le gobe en se mettant à genoux, je la regarde l’ensemble lui va à ravir. Elle ne met pas longtemps à me faire pousser le premier cri avant le feu d’artifice, elle accélère en massant mes couilles je gicle mon jus sou un cri libérateur. Elle avale tout doucement en prenant bien le temps, elle me lèche me nettoie et se relève.  Elle << tu m’a comblé mon chéri, je n’aurai que deux hommes dans ma vie. Mon mari qui ne m’a fait rien connaître ou presque. Un amant de passage, et toi. Je veux être à toi, je veux remplacer tes mains, je veux te sucer à chaque fois que tu bandes, je veux te goûter à chaque fois que tu jouis, je veux être à toi complètement. Je me donne à toi, je veux que tu me baises quand tu en a envie>> A ces mots, je me suis levé et je l’ai prise dans mes bras en lui disant:  moi aussi ma chérie, je te veux, je vais t’aimer, te faire jouir chaque fois que tu en aura envie ou et quand tu voudra. Je la soulève la pose sur le canapé quitte mon pantalon ma chemisette et mon slip, je suis en pleine érection, je la soulève sous les fesses elle passe ses bras autour de ma tête, ses cuisses autour de mes hanches et le la pénètre debout, dès l’entrée elle pousse un gémissement énorme, une fois que nous sommes bien en place je commence à la besogner vigoureusement, elle ondule le bassin contre mon ventre elle pousse de petits cris chaque fois que je suis au fond, je sens monter en moi mon plaisir, elle le sent s’active aussi plus fort et nous explosons en même temps dans un concert de bruits et cris, quand elle descend de son perchoir ça coule le long de mes cuisses, nous sommes trempés de sueur et de jouissance.  Elle << eh bien dit donc on l’a bien arrosé son cadeau, il me me plaît beaucoup et surtout me va très bien, je voulais justement te parler de quelque chose d’un peu particulier, je ne sait pas si j’ose? >> moi << pourquoi pas? >> elle << je voudrais essayer de passer une soirée avec une femme, non enfin tous les trois bien sur >> j’éclate de rire << moi ma chérie si tu veux ça me va >> elle m’embrasse et nous prenons une douche. Je lui demande comment lui ai venu cette idée et surtout pourquoi, elle me dit que depuis qu’elle m’a rencontré, je lui ai fait découvrir plein de chose sur le sexe qu’elle ne connaissait pas elle veut aller plus loin de cette expérience si bien sur je suis d’accord. Les jours ont passés toujours de la même façon travail chez moi le matin, ma balade l’après midi, le soir chez elle ou chez moi. Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Un soir en mangeant elle me dit << j’ai peut être trouver une femme pour mon expérience, tu es toujours d’accord? >> Moi <> alors je vais la rencontrer, si elle me plaît, je lui demande sa photo je te la montre et si c’est OK on l’invite un soir ça te va ? À moins que tu préfère venir avec moi au rendez vous? Moi<< non ce sera la surprise, je te laisse faire j’ai confiance, je t’aime >> après le repas elle regarda l’heure prit son tel, composa un numéro et je l’entendis dire bon à demain 16 heures au centre commercial Leclerc a la brasserie du milieu de la galerie des lunettes de soleil brune Bonsoir Amandine. Elle est toute excité je la voit demain après midi et ensuite on voit. Elle m’embrasse et dit  << ma fille m’a fait le plus beau cadeau du monde en me faisant vendre cette baraque, tu vois maintenant je ne lui en veut plus, grâce à elle je vais passer certainement les meilleurs années de ma vie >> Le lendemain soir elle me donne les résultats de sa rencontre avec Amandine, me montre une photo en m’expliquant qu’elle à 52 ans un peu plus grande qu’elle, bisexuelle avec une attirance pour les femmes plus âgées et un peu ronde. Elle est comme une enfant qui attend son cadeau de Noël, excité fébrile attendant ma réponse, elle me prend par le cou, m’embrasse, me caresse pour que je lui dise oui, je la fait languir et dit<< elle est peut être un peu vieille?>>  Elle << salaud espèce de salaud>> et moi d’éclater de rire,  Moi<< c’est pour quand? Votre premier rendez vous>> Elle << aller arrête de te foutre de ma figure>> Moi << pour moi ce n’est pas un problème c’est quand tu veux, de toutes façons ce n’est pas avec elle que je veux faire l’amour c’est avec toi, donc si elle ne me plaît pas je resterai avec vous mais ne la toucherai pas, sinon on verra bien, ce qui est important c’est ton désir à toi chérie, et après quand elle sera partit c’est moi qui te baiserai partout>> Je la soulève l’assoit sur la table en prenant soin de bien relever sa robe, je l’embrasse  et la pénètre sans aucune forme de procès, elle se renverse sur le dos passe ses cuisses sur mes épaules se cramponne à la table et subit mes coups de boutoirs, elle ferme les yeux gémit et laisse monter son plaisir doucement, elle pétrit ses deux seins à pleine mains, se cramponne à la table pour rester bien contre moi et éclate en un cri Oui Oui Oui oui oui ouiouiououiouiouioui pendant que je me vide en elle  en grognant.  Elle se redresse me roule un patin bien mouillé et dit << tu es vraiment un cochon tu me baise sur la table maintenant, je t’aime chéri >> Le samedi et le dimanche, je les passent seul car son fils vient lui rendre visite avec sa femme, nous avons préférés rester discret, j’en profite pour rattraper un peu de retard que j’ai pris dans mon travail et puis à vrai dire cela me repose un peu car physiquement je n’ai jamais été habitué à un tel rythme, elle est demandeuse et j’ai moi aussi toujours envie d’elle. On se parle cinq minutes au tel et c’est tout.  Dès que ses invités partent dimanche soir elle vient me voir et décide de rester avec moi, comme il est 18 heures, nous décidons de retourner au resto ou nous avons passés notre première soirée. Le temps que je me change que l’on fasse un petit câlin coquin sur le canapé, nous sommes au resto vers 20 heures, elle demande une table dans un coin un peu discret, nous prenons l’apéro et passons commande, elle me prend la main et la glisse sur sa cuisse, je la remonte ah surprise elle n’a pas de culotte, je glisse un doigt entre ses lèvres, comme nous sommes placés personne ne peu rien voir à part le serveur quand il sera là, elle écarte les cuisses et mon doigt s’agite dans sa chatte trempée, elle mime l’acte d’amour avec son ventre et en moins de 3 minutes elle jouit en se mordant les lèvres et serrant les cuisses, je lui porte mon doigt à la bouche elle le suce oh c’est bon. Elle est devenu complètement accroc elle a toujours envie, comme elle dit j’ai tellement de retard à rattraper.  Après le repas nous rentrons en passant par le centre de cette petite ville mais pas un chat on est dimanche soir. Alors elle me dit <> au bout de quelques kilomètres je vois un chemin qui à l’air d’aller vers un bois, je tourne et cherche une place tranquille ce qui ne tarde pas, nous sortons de la voiture, elle ouvre la porte arrière met ses deux mains sur la banquette , j’ai compris ce qu’elle veut, je relève sa robe, laisse tomber mon pantalon et mon slip, guide ma queue tendu vers sa fente en ébullition la rentre et la  pilonne hardiment, je mouille un doigt et le frotte sur son anus elle pousse un oui chéri met la moi fait moi hurler de plaisir, je dirige ma bite sur le trou et pousse doucement elle se relâche je plonge dans ce trou et commence un long travail de doucement plus vite au fond à l’entrée en accélérant subitement elle serre les fesse supplie crie hurle que c’est bon qu’il faut continuer qu’elle jouit, tellement c’est violent les sons ne sortent plus de sa bouche elle s’accroche tout se qui se présente pendant que je me vide dans ses entrailles la faisant sursauter. Après un nettoyage à la va vite car à part des kleenex je n’ai rien. Nous reprenons la route sa tête contre mon épaule elle ne dit pas un mot jusqu’à la maison. Après une toilette nécessaire nous nous couchons enlacés et passons une nuit merveilleuse. Le lundi se passe sans rien à dire, le mardi soir elle vient me chercher comme tous les soirs à 19 heures, quand nous rentrons dans le salon, je comprend qu’il y a une surprise, la table est mise trois couverts, il y à des fleurs et un parfum d’encens flotte dans l’air. Je la regarde, elle me sourit elle << eh oui Amandine vient dans un moment, j’ai préparé un petit repas sympa pour faire connaissance >> Elle vaque à ses occupations à la cuisine, je regarde la télé en attendant puisqu’il n’y à rien d’autre à faire, quand le tel sonne et j’entends oui je sors sur la porte tu va me voir, elle court à la porte et sort 5 minutes plus tard je vois entrer une femme brune longs cheveux souriante ni belle ni moche bien roulé presque aussi grande que moi. Elle salut je suis Amandine , moi Jérôme on se fait la bise, elle est habillé très sexy un corsage blanc avec un soutien gorge noir et une jupe fendu assez haut qui laisse voir de belles jambes.  Les présentations sont faites, elles se posent un baiser sur la bouche, Denise nous sert l’apéritif à table et la conversation s’engage très vite à la rigolade et à la bonne humeur, Denise s’est placé en face d’Amandine et moi à côté de ma chérie.  J’essaie de me faire le plus discret possible en ne me mêlant pas trop de la conversation, a part bien sur quand cela m’est adressé, mais avant d’arriver à l’entrée elles se caressent les mains, je me transforme en serveur, je passe les plats et sert le vin enfin tout pour qu’elles soient tranquilles et à l’aise ensembles, d’ailleurs j’ai l’impression d’être invisible ce qui me plaît beaucoup d’ailleurs, soudain Amandine se lève contourne la table et embrasse Denise à pleine bouche en lui caressant les seins, elle sont debout toutes les deux vont vers le canapé, Denise à retiré son chemisier elle est seins nus, elle déshabille sa partenaire tout en s’embrassant, je suis aux premières loges je bande d’enfer en voyant ces deux nanas se bécauter, en deux temps trois mouvements elles sont à poils toutes les deux tête bêche sur le canapé, je m’approche doucement et m’installe dans le fauteuil qui est le plus à l’écart, c’est vrai qu’elles sont très belles toutes les deux, je seul souci j’ai une queue d’enfer et ne sais pas quoi en faire, je la sort de mon jeans pour qu’elle soit moins à l’étroit, je les entend gémir et haleter, elles le lèchent et se caressent en même temps, puis d’un coup j’entends le déclenchement de leurs jouissances, un mélange de cris et gémissements plus ou moins forts qui va croissant jusqu’à l’apothéose. Quand elle se relèvent elles voient un mec la bite en l’air sur un fauteuil qui regrette que ce soit fini. Denise dit quelque chose à l’oreille de sa nouvelle copine et vient vers moi, elle m’embrasse sur la bouche, ce qui me permet de découvrir un peu Amandine puis elle me suce, Amandine vient à côté d’elle me quitte ma chemisette et le lèche les tétons ce qui m’enflamme et augmente la pression, soudain elle les mordillent elle m’aspire au fond de sa gorge je n’en peux plus je lâche la purée en poussant un grgrgrgrgrgrgrgrg, Denise se retire et embrasse Amandine sur la bouche, elle à eu un instant de recul puis elle partage ce baiser Denise<< ça va mieux chéri tu étais vraiment mal on ne pouvait pas te laisser comme ça>> et elles se mettent à rigoler toutes les deux, je les laisse là et je vais à la salle de bain pour me nettoyer car j’ai du sperme partout, j’en profite pour ne rester qu’en slip, je reviens au salon il n’y à plus personne, je vais doucement à la chambre dont la porte est resté ouverte, quel spectacle Denise est couché sur Amandine elles sont entrain de faire l’amour bouche contre bouche, seins contre seins et chatte contre chatte, elle se frotte langoureusement pour monter en puissance lentement, je n’entend que quelques bruits de bouche et de lit, je les regarde et je trouve ça très beau, je n’ose pas approcher pour ne pas les perturber, cela dure depuis déjà bien longtemps quand tout s’accélère rapidement elle ne s’embrasse plus mais exprime leur plaisir par des cris, des feulements et des gémissements se terminent par un tonnerre sourd. Elles retombent l’une à côté de l’autre se tenant par la main. Quelques minutes plus tard Amandine parle à l’oreille de Denise qui rit et s’en va, j’en profite pour lui lécher la chatte, je retrouve encore l’odeur de la partenaire et je suce, mordille son clitoris et la lèche jusqu’à ce qu’elle jouisse encore. J’ai à peine le temps de me relever Q’ Amandine entre avec autour du ventre un magnifique gode ceinture , Denise porte les deux mains sur sa bouche en signe d’étonnement elle lui dit << tu es folle tu va pas me mettre cet engin>> Amandine << tu va voir tu va aimer je te le promet >> et elle se glisse entre ses cuisses met la langue sur sa fente lui prend les seins et lui bouffe la minette en même temps , Denise recommence à ahaner et gémit pendant que l’autre la suce, Amandine se retire en enfile le gode doucement à Denise qui souffle te OH OH OH oui oui va y c’est ma chérie baise moi baise moi et elles partent toutes les deux dans une chevauchée qui va durer une éternité, elle jouissent en même temps toutes deux dans un brouhaha incroyable, ma bite est tendue comme un arc, je me masturbe doucement en les écoutant jouir, elles n’en finissent plus. Quand tout s’arrête Amandine retire son gode, je comprend mieux maintenant pourquoi elle jouissait aussi intensément elle sort un morceau de sexe de plus de  dix centimètres de sa chatte ce qui permet de mieux le tenir et de faire jouir les deux partenaires. Amandine lui dit << a toi de me baiser chérie en levrette j’aime bien>> et elle installe l’engin sur le pubis de Denise qui rit à en mourir.  Amandine se met à genoux sur le lit Denise derrière guide le gode dans la chatte de la partenaire et commence à la besogner. J’ai devant mes yeux la coupe de ma chérie et je vois son trou du cul qui ne demande que ça, je m’approche, mouille bien mon doigt avec de la salive et le fait glisser dans son cul elle << Ah OUI chéri je veux comme ça continue>> Quelque instants après j’entends Amandine qui pousse un cri non salope pas mon cul, Oh tu m’encule Oui c’est bon va y les deux moi je m’occupe du cul de ma chérie et elle couine, je décide de monter sur le lit droit je me positionne derrière Denise et pousse mon gland sur son trou elle glousse et crie Non non non non non non ma queue est entré et malgré ma position instable je la besogne elle jouit grogne et geint tout se qu’elle peut, Amandine jouit de son côté en suppliant d’aller plus fort, n’y tenant plus je crache dans son cul des jets violents et je me retire. L’autre dessous réclame encore plus forte, Denise l’attrape par les seins la redresse contre elle et lui assène des coups de boutoirs incroyables, l’autre hurle  comme une folle en se tenant au draps du lit, elles retombent toutes les deux groggy. Denise se débarrasse de l’engin qu’elle regarde avec attention, puis elles vont prendre une douche, dès qu’elles reviennent j’y vais. http://sexboutique.shop3x.com/A mon retour elles ont installées au salon côte à côte nue et boivent le champagne avec une tarte, je m’installe sur le fauteuil et les écoute parler.  Elles ont l’air de bien s’entendre toutes les deux. La bouteille fini ainsi que la tarte, Amandine se rhabille et décide de partir il est presque 3 heures du matin. Nous allons nous coucher pour une fois sans baiser. Le lendemain au petit déjeuner je lui demande comment ça va, si elle est satisfaite de sa soirée? Elle me répond avec ce que vous m’avez mis hier soir il faudrait être difficile pour ne pas être satisfaite et dans les deux trous en même temps, aujourd’hui je vais rester debout. Elle comment tu as trouvé Amandine? Moi << bien pourquoi?>> Elle << comme ça pour avoir ton impression, est ce que ça te dérange si je la revoie ? Elle m’a fait jouir quand nous étions toutes les deux l’une sur l’autre sans rien, j’ai ressenti une douceur et une force dans la jouissance c’était merveilleux, elle m’a donné une adresse pour acheter des gadgets sexe >> Moi << tu trouve ton expérience concluante alors?>> Elle << bien sur j’ai beaucoup aimé faire l’amour avec elle en sachant que tu me voyais faire et tu as été super de ne pas la toucher et la laissé venir à toi elle t’a beaucoup apprécié >> Moi << chérie je ferais tout pour que tu sois heureuse, alors si c’est le message que tu veux entendre oui tu peux la voir et refaire l’amour avec sans problème avec ou sans moi, mais je veux le savoir, d’accord >> Nous nous enlaçons et nous embrassons tendrement avant qu’elle ne me remmène. Pendant quelques jours il ne se passe rien qui mérite d’être noté si ce n’est nos parties de jambes en l’air quotidienne à la maison. Tout est au beau fixe, elle ne me parle plus d’Amandine même si je trouve cela un peu étrange, mais bon, je ne veux pas créer de problème.  Une semaine passe encore et un soir ou en venant de rentrer je vais directement à la chambre pour voir si je n’y avait pas laissé un pendentif que je quitte tous les soirs, rien sur la table ou je le pose d’habitude, je m’accroupis et regarde autour , je vois sous le lit un string qui n’est pas à ma chérie car je ne l’ai jamais vu, je le respire et je penses savoir à qui il appartient, je le remet à sa place et je quitte les lieux.  Dans le salon elle me demande que fais tu dans la chambre, je regardais si je n’avais pas laissé mon pendentif ce matin je l’ai perdu. Nous nous mettons à table, mais je sens qu’il y à quelque chose, mais fait semblant de rien, quand le tel sonne elle répond par oui ou par non ou non et salut. On finit de manger, comme d’ habitude je commence à débarrasser, elle va dans la chambre et revient aussitôt, elle fait la vaisselle, nous passons un moment devant un film, mais l’ambiance est cassé. Je décide d’aller me coucher, je l’embrasse et file au lit, je vérifie le string n’y est plus. Pour moi c’est sur Amandine vient l’après midi et Denise ne me le dit pas. Si c’est ça je suis déçu.  Je me couche et je m’endors, je n’entends pas quand elle s’allonge à côté de moi. Le matin je suis fatigué, j’ai mal dormi, fait des cauchemars je suis dans le seau, nous déjeunons dans une ambiance plutôt froide, ce n’est pas dans sa nature de ne rien dire et surtout de ne pas me câliner, nous sommes face à face à table comme un couple qui n’a plus rien à se dire. Peut être que j’attendais trop de cette relation, je suis amoureux d’elle, je pensais que cela était réciproque, si elle me ment au bout de  2 mois de liaison ou va t’ on? surtout que j’avais bien mis les choses au point, je vais attendre avant de prendre une décision. Elle me ramène chez moi, avant de descendre de la voiture, je lui fait la bise et dit << ne vient pas ce soir je ne suis pas libre>> et je rentre chez moi le cœur gros mais c’est la vie, je n’aime pas le mensonge et je voulais tout partager avec elle. Je me couche en arrivant car je n’ai pas envie de travailler et je suis pas dans mon assiette. Je me réveille à midi, je prends une douche froide pour me remettre les idées en place, je mange un bout de pain et une tranche de jambon qui reste dans mon frigo, je bois un café et allume mon ordinateur, je suis devant depuis une heure et je n’avance pas, les idées me manque. La seule image que j’ai c’est son corps, ses seins et ses fesses qui jouissent sous mes assauts. Je plante tout et pars me balader, prenant le même chemin je risque de lui tomber dessus, mais bon je verrais bien à ce moment, marcher me fait du bien, au bout d’une demie heure de marche je me sens beaucoup mieux. Je fais mes neuf kilomètres sans rencontrer personne. Je me remets au boulot jusqu’à 18 heures, ensuite je vais faire des courses et je rentre pour manger, je regarde la télé quand mon portable sonne c’est Denise Elle << comment va tu ? Tu étais pas bien ce matin, pourquoi ne veux tu pas venir chez moi? Tu as des problèmes, il se passe quelque chose, depuis hier soir tu n’ai plus le même? >> je rétorque  << ah bon tu crois, c’est toi qui à peut être quelque chose à me dire non? >> instant de silence puis elle << je ne comprend rien ou veux tu en venir? >> moi << écoute Denise je pensais notre histoire belle est solide, je me suis trompé je suis déçu, je m’en remettrais, tu ne sait mais pas je déteste le mensonge >> elle << tu me sidère je ne comprends rien>> moi << mettons carte sur table hier soir sous le lit il y avait un string qui à mon avis appartient à Amandine, tu me la caché, tu fais celle qui ne sait rien, je ne peux pas l’admettre surtout après ce que je t’ai dit à son sujet, alors restons en là si tu veux faire ta vie avec elle fait le mais ne me ment pas, je t’aime trop pour ça>> et je raccroche et éteins mon portable. Les jours suivants ne sont pas très brillants pour moi, elle me manque terriblement, si au moins je savais la vérité. Trois semaines se passent sans nouvelles, je vaque à mes occupations, je recherche sur le net à rencontrer une nana pour oublier la désillusion. Un matin j’allume mon gaz, la bouteille vide, mauvaise journée me dis-je. Je la démonte la mets dans le coffre et vais au supermarché du coin, je prends ma nouvelle bouteille paie la mets dans le coffre quand j’entends derrière moi << salut beau gosse>> je fais volte face Denise et son beau sourire elle << je t’embrasse ou te serre la main?>> je tends la joue elle m’embrasse  sur le coin des lèvres. Elle << il faut qu’on parle tous les deux, on ne peux pas rester comme ça>> Moi << je n’ai rien à dire >> Elle << vient à la maison ce soir on parlera calmement je t’aime vraiment>> on se fait la bise et je m’en vais, s’en lui avoir rendu de réponse, je rentre monte la  bouteille et fais cuire mon repas de midi, quatorze heures comme à mon habitude je vais marcher, lorsque j’arrive à la hauteur de sa maison, c’est plus fort que moi je tourne la tête, elle est là assise dans la cour avec son plus beau sourire, elle me fait un signe de la main et m’envoie un baiser, je lui répond de la main et file, vers 18 heures mon téléphone, c’est elle << Aller chéri viens ce soir je t’en prie>> et plus rien, vers 19h 30 je me décide à allé la voir. Je n’ai pas besoin de taper la porte s’ouvre avant, j’entre elle referme et se jette dans mes bras en pleurant, je la serre tendrement dans mes bras et lui parle pour qu’elle se calme, je l’accompagne sur le canapé, nous nous asseyons, je la regarde, elle me prend la main et m’explique que c’était bien le string d’Amandine qu’elle est revenu le lendemain et plusieurs autres fois, qu’elles ont fait l’amour, qu’Amandine la manipulé pour qu’elle me laisse tomber en disant plein de choses contre les hommes, qu’elle lui à proposé de venir vivre avec elle, qu’elle était amoureuse d’elle j’en passe et des meilleurs. Que je lui ai beaucoup manqué elle est sur maintenant qu’elle veut que je reste avec elle, qu’elle ne reverra plus Amandine, qu’elle s’excuse si elle m’a fait du mal, mais c’est moi qu’elle aime. Nous nous tenons les mains face à face, ces yeux semblent implorer le pardon. Je l’embrasse sur la bouche, nous nous enlaçons, cinq minutes plus tard elle est à la renverse dans le canapé jambes en l’air, je la besogne aussi fort que je peux , elle crie et pousse des Oh Oui oui oui chérie baise moi bien tu me manque OH oh oh oh oh ouiouiouyiouiouiouiuou et je décharge par jets puissants dans son ventre en feu en poussant un cri de bête. Nous restons collés l’un dans l’autre en nous embrassant goulûment, nos langues s’entrechoquent, nous sommes bien et heureux de nous retrouver. Après un petit moment de répit elle à retrouvé son sourire elle  << vient je t’invite au resto pour oublier notre première brouille>>

Cliquez ici

Publicités